Wednesday, 23 September 2009

English food - point de vue à la française.

"On ne peut pas faire confiance à des gens qui ont une cuisine aussi mauvaise. (…) Après la Finlande, c'est le pays où on mange le plus mal."

Jacques Chirac. Président francais entre 1995-2007

Eh bien voilà comment entretenir de bonnes vieilles querelles de voisinage... On connaissait Chirac, grand amateur de tête de veau, on sait maintenant qu'il n'est pas un grand fan du fameux english pudding. C'est assez étrange de voir à quel point les clichés sont ancrés dans nos sociétés; les anglais sont arrogants et leur nourriture est infecte, les Français sont prétentieux et excellent dans l'art de la grève,... mais qu'en est-il vraiment? Avant de partir pour Manchester, mes amis m'ont tous annoncé à quel point je mangerai mal, à quel point les aliments sont chers et la qualité vraiment inquiétante, mais après ces quelques mois passés là-bas, je pense qu'il est temps de remettre les pendules à l'heure!! Nous autres, français, avons une passion dévorante- c'est le cas de le dire- pour la nourriture, on en oublierait même parfois le conseil de Socrate: ''il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger''. Donc on mange bien en France, on a connu et possède encore certains des plus grands chefs au monde; il semble cependant que le succès nous ait un peu monté à la tête: on a voulu inscrire la gastronomie française au patrimoine mondial de l'Unesco. Ridicule. Et prétentieux. De même, on est persuadé que notre nourriture est la meilleure, la plus raffinée. Mais, soyons honnêtes la nourriture de tous les jours est bien loin des plats concoctés par un Ducasse ou un Robluchon.

Et pour en revenir à l'Angleterre et à sa nourriture de pub, pour l'avoir expérimentée, je m'en porte pas plus mal. En effet, si on jette plus qu'un coup d'œil dédaigneux, on découvre des plats qui n'ont rien à envier à notre fameux bœuf bourguignon.

Les plats anglais sont généralement d'une étonnante simplicité, et c'est bien là l'avantage qu'ils présentent; en effet, il est possible de réaliser ces recettes sans pour autant un chef étoilé. Prenez par exemple, le shepherd pie- le hachis parmentier local-, pour en avoir vu faire du début à la fin, ça ne requiert pas de talent particulier... désolée...mais d'un autre côté, cela permet d'utiliser sa créativité en accommodant des plats classiques par des condiments, des nouveaux ingrédients, et ainsi les rendre en quelque sens unique.



La simplicité à l'anglaise: le shepherd pie, ou le hachis parmentier local
Ensuite, les plats anglais sont peut-être classiques, mais il est facile de bien les accompagner, et ce par les sauces. Là où les Français aimons mettre de l'huile, du beurre et de la crème, vous mettez du vinaigre, vous poussez même le vice d'en mettre directement sur les frites; ce qui au début a été un peu difficile, mais finalement on s'en accommode très bien, tant bien même que j'ai ramené une bouteille avec moi... Mettons de côté l'horrible sauce gravy en granulé, shall we? Et pensons à la horseradish sauce, une pure merveille, un petit goût de wasabi sans pour autant avoir son exotique ; la bramley apple sauce: l'accompagnement idéal du rôti de porc; et enfin la Worcestershire sauce, qui je pense, devrait se mettre partout tellement elle est bonne, elle relèverait n'importe quel plat.
Les petits déjeuners anglais, les tourtes de viande aux pommes de terre, les saucisses avec purée, et autres baked beans sur toast... Ahh que tous ces plats ont l'air gras, lourd sur l'estomac, peu raffinée... oui, c'est vrai d'un premier abord, cependant, pensez un instant à l'expérience: un moment de douce et huileuse culpabilité, oui c'est gras et oui il vaut mieux ne pas en manger tout le temps, mais quel plaisir!
Donc, tout d'abord l'expérience, ensuite beaucoup de critiques vont mettre en avant le basique des recettes, cependant, lorsqu'on les compare à certains de nos plats comme la salade niçoise ou le gratin dauphinois, je ne vois pas de quoi les anglais devraient avoir honte. Certains plats comme le toad in the hole sont tout aussi techniques que notre sauté de veau marengo.


A toad in the hole, un bien bon crapaud dans un trou

Cependant, on mélange souvent technique, préparation et raffinement; ce n'est pas parce qu'un plat est sophistiqué qu'il est bon, au contraire, c'est parfois des recettes simples qui font le bonheur de nos papilles: par exemple, une galette bretonne complète, bien réalisée, ni trop sèche, ni gorgée de beurre: un vrai délice. Le même exemple revient au fameux English breakfast: des ingrédients de bonne qualité, une bonne cuisson: pour ça, je me paierai un billet Eurostar illico, encore faut-il avoir la bonne adresse... Et hélas, aussi bien en France qu'en Angleterre, seuls de petits bijoux se trouvent parmi une myriade de pubs se voulant être de la haute cuisine, et il est bien difficile et rare de les trouver. Dommage.
Voici donc une opinion assez originale, voire iconoclaste, vous me direz... Faire l'apologie de la cuisine anglaise, qu'elle soit haute ou pas, n'était pas mon leitmotiv; mais plutôt celui de rétablir une vérité face à laquelle de vieux clichés mènent la vie dure. Oui, la cuisine anglaise n'est peut-être pas la plus raffinée, ni la meilleure pour la santé, mais ce n'est pas la pire.

By Morgane Billy
(Charlie and Rory's Food's French correspondent)

1 comment:

  1. J'adore le petit-déjeuner français 'Smack'

    ReplyDelete